septembre 21, 2019

Présidentielle 2017 : les réactions de Laurent Hénart et Bora Yilmaz

Nancy- Les réactions de Laurent Hénart et Bora Yilmaz après la victoire d'Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle.

ElectionsPresidentielles

Réaction de Laurent Hénart, maire de Nancy, président du Parti Radical :

"Le Parti Radical félicite Emmanuel MACRON pour son élection à la présidence de la République. 
Après le Brexit et l’élection de Donald Trump, ce résultat net marque l’attachement de la France à la République et à l’Europe. C’est aussi un signal optimiste envoyé au monde.
Toutefois, la situation de notre pays est périlleuse. L’importance des votes populistes au premier tour et de l’abstention comme des votes blancs et nuls ce jour, la propagation du « ni ni » et l’affaissement du barrage au Front National montrent les divisions de notre nation et la forte demande des Français d’une rupture historique.
Parce qu’il est sans doute la dernière occasion de réformer la France pacifiquement, ce quinquennat devra impérativement être utile au pays et apporter des changements clairs dans la vie de nos concitoyens. Dans ces cinq années cruciales, les Radicaux assumeront leurs responsabilités.  
Dorénavant, le Parti Radical va s’engager pleinement dans la campagne législative pour défendre ses propositions, rompre avec la politique de François Hollande, participer au renouvellement de l’offre politique française et bâtir une majorité parlementaire claire."

 

Réaction de Bora Yilmaz, Secrétaire départemental du PCF 54 :

"Marine Le Pen est battue, c’est un grand soulagement. Nous sommes très fiers d’avoir œuvré avec clarté à cette défaite.
Mais notre cœur n’est pas à la fête ce soir : la candidate de l’extrême-droite enregistre une progression importante dans le pays. Elle gagne près de 15 points et 20 000 voix dans notre département. C’est le résultat de la banalisation de ses idées que nous sommes plus que jamais décidés à combattre. C’est aussi le résultat de plusieurs décennies de trahisons ou de renoncements des gouvernements successifs, d’alternances politiques qui n’ont fait que dégrader nos conditions  de vies.
Combien d’alertes faudra-t-il pour engager le pays sur la voie de nouvelles conquêtes sociales et démocratiques ?
Emmanuel Macron est élu grâce à la mobilisation de millions d’électeurs qui ont voulu faire barrage au FN. Déjà au premier tour, ils étaient nombreux parmi ceux qui ont voté pour lui à le faire pour éviter un duel entre la droite de François Fillon et l’extrême-droite. Son projet ultra-libéral est minoritaire dans le pays, jamais un Président de la République n’aura été aussi mal élu.
La construction d’une nouvelle majorité porteuse de progrès social, démocratique et écologique est plus que jamais à l’ordre du jour. Les communistes sont dès ce soir pleinement engagés dans les batailles sociales et politiques à mener dans ce sens.
La première de ces batailles, ce sont les élections législatives des 11 et 18 juin. La présidentielle passée, il n’est de majorité parlementaire acquise pour personne. Les électeurs ont une nouvelle chance pour décider.
Fort du vote de millions de citoyens pour Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, avec toutes les forces qui ont soutenu sa candidature et toutes celles avec lesquelles nous pouvons encore nous rassembler, nous pouvons aller très haut et faire élire des Députés pour porter la voix populaire à l’Assemblée, y compris dans notre département où la gauche était en tête si on additionne les scores de Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon.
Je lance un appel solennel aux forces de gauche et écologistes, et tout particulièrement à la France insoumise, dans notre département : nous avons une grande responsabilité commune. Nous sommes prêts à un large accord sous une bannière commune qui nous rassemble tous et respecte la diversité qui est notre force. Des candidats de chacune de nos forces sont déjà désignés et prêts à entrer en campagne. Ensemble, nous pouvons choisir dans chaque circonscription le candidat ou la candidate qui nous donnera les chances maximales de gagner. Divisés, nous perdrons et laisserons la place à des Députés En Marche, LR ou FN.
Face à Emmanuel Macron, à la droite et à l’extrême-droite, soyons unis et forts dès demain, concrétisons la promesse d’une gauche nouvelle née dans les urnes le 23 avril."

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV