Log in

Législatives 2017 : Chaynesse Khirouni « souhaite prolonger le travail mené »

  • Écrit par C.G
  • Publié dans Grand Nancy
Nancy- Députée sortante, Chaynesse Khirouni a officialisé sa candidature ce mercredi matin.
khirouni-breuille
Chaynesse Khirouni et Michel Breuille

Investie par le PS depuis quelques mois, Chaynesse Khirouni a confirmé ce mercredi sa candidature à sa propre succession dans la première circonscription de Meurthe-et-Moselle en présence de Michel Breuille son suppléant, mais aussi quelques cadres du parti socialiste local comme Mathieu Klein, président du conseil départemental, Bertrand Masson, secrétaire fédéral du PS 54 ou encore Bertrand Kling, maire de Malzéville et Henri Chanut, mairie de Seichamps. Une annonce tardive, mais justifiée selon la députée sortante « c'est le bon moment, j'ai décidé de mener mon action jusqu'au bout pour éviter la confusion entre la campagne et mon mandat. » Une décision de candidature que Chaynesse Khirouni juge « personnelle, mais dans le cadre d'une réflexion collective avec les militants, les cadres du parti et les citoyens. » En sollicitant à nouveau les électeurs, la députée écarte toute idée « de collectionner les mandats », mais souhaite surtout « prolonger le travail mené » durant ces cinq dernières années.

Dans une période trouble dans la vie politique, la conseillère municipale de Nancy estime qu'elle a exercé son mandat « dans le respect de la parole donnée, dans le sens moral et de l'écoute », mais aussi qu'elle a réussi « l'équilibre dans (son) engagement entre le travail parlementaire et celui sur le terrain » avec de nombreux rendez-vous avec des citoyens, chefs d'entreprise ou élus.

Députée sortante, Chaynesse Khirouni s'est livrée à un bilan de son mandat. Concernant le travail parlementaire, elle a rappelé son engagement sur la loi encadrant les stages, sur la reconnaissance de la maladie de Lyme et des associations de malade ou encore l'obtention de jours de congé pour le père d'un couple en parcours de PMA. L'élue socialiste a également rappelé sa participation à un ouvrage sur la prévention du surendettement, mais aussi son rôle de rapporteur pour la période 2016-2017 du budget travail-emploi avec une attention particulière sur l'insertion professionnelle des jeunes et la création d'entreprise pour créer son propre emploi.

Sur le plan local, Chaynesse Khirouni a d'abord rappelé sa transparence « en rendant public chaque année, les projets financés par la réserve parlementaire » puis son implication sur le terrain « avec des centaines de rendez-vous avec des citoyens, électeurs, élus ou chefs d'entreprise. » L'élue métropolitaine s'est aussi félicitée de son implication au sujet du sauvetage financier du CHRU de Nancy et pour l'ouverture d'une maison de Naissance dans la cité ducale, l'une des premières en France.

Selon Chaynesse Khirouni, l'objectif de sa candidature est « d'apporter des réponses aux attentes des citoyens. »  Des citoyens qu'elle ne souhaite pas seulement solliciter lors des élections « il est important qu'ils soient consultés lors des décisions importantes, il faut travailler ensemble. » Dans une période trouble pour la vie politique, l'élue socialiste se montre favorable « à l'interdiction du recrutement d'un membre de sa famille pour un député », mais aussi à un contrôle plus stricte de l'indemnité représentative des frais de mandat. La députée sortante souhaite également aller plus loin dans le non-cumul des mandats « il faut renforcer l'idée d'une limite dans le temps » et faire plus d'efforts pour l'égalité femme-homme « il y a seulement 27% de femmes à l'Assemblée nationale » regrette ainsi la candidate socialiste qui n'oublie pas de faire figurer l'écologie « au coeur de (son) mandat. »

Chaynesse Khirouni a également profité de l'occasion pour présenter son suppléant en la personne de Michel Breuille, maire d'Essey lès Nancy. Ce dernier s'est déclaré « fier d'avoir accepté ce rôle » auprès d'une députée « qui a fait un bon mandat dans un contexte compliqué et qui a toujours été présente sur le terrain. »

Mais avant les législatives, il y aura l'élection présidentielle. Engagée derrière Benoit Hamon dont la campagne patine, Chaynesse Khirouni se montre fidèle malgré le risque de se voir entraîner dans la chute du candidat socialiste « je ne suis pas une girouette, je sais que le contexte est difficile et que le combat sera difficile, mais dans  un bateau je ne quitte pas le navire, j'ai le sens de l'intérêt général » se défend l'élue socialiste.

Soucieuse de s'élever au-dessus de la mêlée, Chaynesse Khirouni ne souhaite pas s'attarder sur les querelles qui minent la majorité métropolitaine dans la première circonscription « je me concentre sur mon engagement, ma volonté est de poursuivre mon travail, ce qui m'importe c'est d'avancer. »