novembre 13, 2019

Métropole du Grand Nancy : trois sujets au cœur de la réunion du comité intercommunal de sécurité

NANCY. Chaque mois, services de l'État, élus de la métropole du Grand Nancy, associations se réunissent à l'occasion d'un vaste comité intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD) dans le but de déterminer les priorités de lutte contre l’insécurité et la prévention de la délinquance sur le territoire. Vendredi 14 octobre, trois axes de travail ont été mis en lumière dont un concerne la sécurité dans les transports en commun à la suite des incidents survenus récemment sur le Plateau de Haye... 
Place-republiqueNancy1
photo d'archives - ici c nancy fr

Instance de coordination entre les acteurs locaux pour lutter contre l'insécurité et agir en terme de délinquance sur le territoire, le dernier comité intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD) de la métropole du Grand Nancy, présidé par André Rossinot, président de la Métropole du Grand Nancy, s'est déroulé vendredi 14 octobre 2016. Une réunion en présence de Philippe Mahé, préfet de Meurthe-et-Moselle, du procureur de la République de Nancy, du président du tribunal de grande instance, du directeur académique des services de l’éducation nationale et les maires de la Métropole qui a permis d'établir une feuille de route mentionnant des axes de travail. 

La révision des conventions de coordination entre la police nationale et polices municipales. Le sujet avait été identifié comme une priorité lors d'une conférence de presse à la préfecture du département, depuis la rentrée, un travail partenarial de renouvellement des 33 conventions de coordination existantes entre la police nationale et les polices municipales a été engagé entre la préfecture, les forces de l'ordre et les communes concernées, au regard d'un retour d'expérience de la mise en oeuvre de la convention. Selon les services de l'État, ces nouvelles conventions pourront intégrer "les recommandations issues de l'état d'urgence dans la coopération opérationnelle des deux forces". Ainsi, elles détailleront "l'ensemble des recommandations émises en matière de prévention de la radicalisation, de sécurisation des écoles et d'organisation de manifestations ou rassemblements de voie publique de toute sorte, qu'il s'agisse des dispositions à prendre en termes de sécurité publique ou de sécurité civile". Au sein de la métropole du Grand Nancy, 16 communes sont concernées.
 
La prévention et la lutte contre la radicalisation. Le préfet de département reste au coeur du dispositif de prévention de la radicalisation et a notamment la charge de recueillir et suivre les signalements, à la fois nationaux (numéro vert : 0 800 005 696) et locaux dans le cadre de réunions hebdomadaires (groupe d'évaluation de la radicalisation), prévenir toute forme de radicalisation et proposer des mesures d'accompagnement adaptées à des personnes susceptibles de basculer dans la radicalisation, coordonner les différentes initiatives prises par les services de l'État et l'ensemble des partenaires en la matière (sensibilisation autour des valeurs de la République et des fondements de la citoyenneté et de la laïcité, lutte contre l'isolement et l'exclusion qui peuvent favoriser un embrigadement religieux, etc.). Pour ce faire, le préfet réunit chaque mois une cellule de prévention permettant de mener un travail partenarial pour assurer l'accompagnement le plus complet à la fois par les services de l'État (Éducation nationale, protection judiciaire de la jeunesse, etc.), les collectivités territoriales, en particulier du conseil départemental au titre de l'aide sociale à l'enfance, ainsi que les associations de terrain.

La sécurité dans les transports en commun. La Métropole, autorité organisatrice des transports, et TRANSDEV, délégataire du service de transport urbain de la métropole du Grand Nancy, ont relaté les événements survenus sur le plateau de Haye où certains bus ont eu à subir des jets de pierre à partir du vendredi 7 octobre. Nicolas Jolibois, directeur départemental de la sécurité publique a ensuite présenté les mesures qui ont été prises pour éviter de tels phénomènes avec, en tant que de besoin, l’accompagnement des bus par des agents de la police nationale. "Face à cet événement, la réponse des autorités, de la police nationale et de TRANSDEV a été immédiate" souligne la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV