novembre 20, 2019

Sécheresse : début des versements des aides européennes aux agriculteurs

Photo d'illustration / DR Photo d'illustration / DR
LORRAINE. Le ministère de l'Agriculture a annoncé aujourd'hui le début du versement des avances des aides européennes aux agriculteurs. 

À compter du 16 octobre, « conformément aux engagements du ministre de l’agriculture et de l’alimentation », le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation informe du « paiement de l’avance des aides Pac 2019 ». Des avances majorées attendues des agriculteurs impactés par les conditions météorologiques et climatiques. 

«Afin de renforcer la trésorerie des exploitations, touchées par la sécheresse dans de nombreuses régions, les taux de ces avances sur les aides PAC ont été augmentés à hauteur de 70% des montants finaux pour les aides directes (au lieu de 50%) et de 85% pour l'ICHN» (Indemnité compensatoire de handicaps naturels notamment pour les agriculteurs en montagne, au lieu de 75%), souligne le ministère.

Environ 4,4 milliards d'euros ont commencé à être versés sur les comptes des agriculteurs pour cette première vague de paiements «à un peu plus de 92% des bénéficiaires du paiement de base (contre 90% en 2018) et 90% des bénéficiaires du paiement vert dans les départements où il peut être versé compte tenu des dates d'implantation des cultures dérobées», ajoute le communiqué. 

Toujours selon le ministère, de nouveaux versements seront ensuite réalisés au titre de cette avance, pour les dossiers qui faisaient encore l’objet d’un contrôle au moment de cette première avance, le 24 octobre, le 30 octobre, puis mi-novembre et fin novembre. Le versement du solde de ces aides s’effectuera à partir de la mi-décembre.

Coup de sec sur les territoires ruraux du Grand Est : En Lorraine, l’activité des agriculteurs est impactée depuis plusieurs années par des périodes de sécheresse nuisant aux productions agricoles. Même si la météo a toujours fait partie des aléas du métier, les agriculteurs sont désormais confrontés à une récurrence voire une intensification de ces phénomènes climatiques. Un constat qui appelle à une prise de conscience pour faire face à ces aléas, confirme Luc Barbier, président de la FDSEA 54 interrogé sur l’aspect méréologique. « Normalement on doit être en capacité d’assumer ça (NDLR : la sécheresse), sauf que l’économie n’est pas là et qu'on ne peut plus assumer. Il faut qu’on réfléchisse ensemble sans s’opposer notamment dans l’évolution du climat. Comment nous allons pouvoir stocker de l’eau pour la restituer lorsqu’il n’y en a pas suffisamment... » 

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV