Log in

Anonymous : deux individus de Laxou et Reims placés en garde à vue pour des cyberattaques (parquet de Nancy)

  • Écrit par ICI-C-NANCY.fr
  • Publié dans Faits divers
NANCY. Au cours du mois de décembre 2014, une série d’attaques informatiques ciblait les sites internet du Conseil Régional de Lorraine, du Conseil Général de la Meuse, de l’Agence Nationale de Gestion des Déchets Radioactifs ( ANDRA), et du Ministère de la Défense. Près de quatre mois après les faits, deux hommes ont été placés en garde à vue a-t-on appris ce vendredi du parquet de Nancy. 
internet.souris
Image d'illustration crédit ici c nancy fr

En décembre 2014, trois sites internet de diverses institutions de Lorraine étaient victimes d'attaques informatiques lesquelles étaient impliquées dans le projet de création d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires sur le site de la commune de Bure, dans le département de la Meuse. Des faits ensuite revendiqués sur les réseaux sociaux, en particulier sur un compte twitter dédié, utilisé par la mouvance «  Anonymous », dans le cadre de son action de contestation et d’opposition aux «  grands projets inutiles et imposés » indique ce vendredi le parquet de Nancy. Une affaire dont s'est saisie, la Juridiction Inter Régionale Spécialisée de Nancy (JIRS) sous les qualifications suivantes : Accès et maintien frauduleux dans un système de traitement informatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’Etat, commis en bande organisée ainsi que pour Entrave ou altération du fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’Etat, commises en bande organisée association de malfaiteurs en vue de la préparation de ces délits.

L'enquête préliminaire confiée à la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) a permis l'interpellation de deux hommes militants domiciliés à Reims ( 51) et Laxou ( 54). Ces derniers ont été placés en garde à vue le 8 avril et présentés ce vendredi 10 avril au Parquet de la JIRS dans le cadre d’une convocation par procès-verbal devant le Tribunal Correctionnel de Nancy. Sur réquisitions du Parquet, ils ont été placés sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention dans l’attente de leur jugement par le Tribunal Correctionnel, à l’audience du 9 juin 2015.