juin 16, 2019

Tags antisémites à Nancy : Laurent Hénart condamne « fermement cette expression de haine gratuite »

Faits divers. Plusieurs tags antisémites ont été découverts vendredi matin sur les murs de l’école privée catholique Saint-Sauveur, rue du Chemin-Blanc à Nancy. Le maire de la ville de Nancy et son adjoint ont condamné les faits. 
EcolesaintSauveur
capture d'écran Google Streetview  

Des croix gammées, des Étoiles de David et le mot « Juif » inscrits à la bombe de peinture ont été découverts ce matin sur la porte et la façade de l'établissement privée catholique Saint-Sauveur à Nancy. Dans les serrures des deux portails, de la colle avait également été insérée nous a précisé l'hôtel de police de Nancy. Des faits qui remonteraient dans la nuit de jeudi à vendredi dénoncés quelques heures après leur découverte par Laurent Hénart, Maire de Nancy et Mostafa Fourar, Adjoint délégué à l’Education qui ont condamné « fermement cette expression de haine gratuite ».

« En ces temps d’exacerbation des tensions religieuses, suite aux attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, la tolérance et la laïcité sont plus que jamais des valeurs fondamentales et essentielles qui font l’identité de la France et auxquelles notre République doit être attachée. Tous, chacun à notre niveau, nous nous devons de les défendre sans faiblir et de réagir fermement lorsque celles-ci sont menacées. Le respect de l’autre et de sa religion, la tolérance, l’ouverture et l’humanisme sont le ciment du vivre ensemble et de la paix durable entre les peuples » déclarent le maire et son adjoint dans un communiqué commun. Une plainte a été déposée.

D'autres réactions...

« Mathieu Klein et le Conseil général de Meurthe et Moselle condamnent fermement les tags antisémites découverts sur l’école Saint-Sauveur. Notre vigilance contre ces actes ne doit jamais faiblir, ils constituent des attaques directes à la République, à son vivre ensemble. » Mathieu Klein, président du conseil général de Meurthe-et-Moselle

« Je condamne fermement les inscriptions antisémites découvertes ce jour sur l'école Saint-Sauveur de Nancy. Nous ne cèderons pas aux provocations de ceux qui sèment la haine et cherchent à monter les membres de notre société les uns contre les autres. Après les attentats du début du mois, et alors que les actes islamophobes et antisémites se multiplient dans le pays, la gauche et le mouvement social ont la responsabilité de donner des suites  à la formidable mobilisation du 11 janvier, en redonnant du sens aux valeurs républicaines par la mise en œuvre d'une politique qui réponde à l'urgence sociale et démocratique. Il y a urgence, notre réponse doit être collective : plus de liberté, plus d'égalité, plus de fraternité ! » Bora Yilmaz, Gauche unitaire 54, membre du Front de Gauche 54

« Aujourd'hui se tenait à Nancy le procès de deux militants d'un groupuscule néo-fasciste pour “menaces de mort faites sous condition en raison de l'orientation sexuelle”. L'association Equinoxe, plaignante, disait attendre de la Justice “une réponse forte, sans ambiguïté et réellement dissuasive”. Elle a raison, son exigence est à la hauteur des défis que doit relever notre société. Coïncidence, aujourd'hui sont découverts sur le mur d'une école à Nancy des tags antisémites signés d'une croix gammée. Nous ne savons pas encore qui sont les auteurs de ces inscriptions. Nazillons obstinés ou provocateurs irresponsables, leur geste ne doit en aucun cas être regardé comme anodin ou banalement rituel. Parce que l'antisémitisme ne peut avoir droit de cité dans la République, la Justice devra, là aussi, donner à cet acte “une réponse forte, sans ambiguïté et réellement dissuasive”. Depuis le 7 janvier, en effet, l’obscurantisme a pris une dimension supplémentaire en France. Il tue. Traiter des citoyens comme les représentants d’une communauté supposée, s’en prendre à quelqu’un en raison de la couleur de sa peau, en raison de son orientation sexuelle réelle ou supposée, en raison de son appartenance religieuse réelle ou supposée, tout cela est à bannir. Avant même que l’appareil d’Etat ne soit amené à intervenir, il revient à ces institutions démocratiques que sont les partis politiques d’appeler à la vigilance au quotidien. Le Parti communiste français exhorte ses concitoyens à rejeter toutes les formes organisées du racisme, de l’antisémitisme, de l’islamophobie et de l’homophobie. » La section de Nancy du PCF, les co-secrétaires Yohann LEMARE, Christian POIRSON

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV