décembre 15, 2019

«Gilets jaunes» à Nancy : engins explosifs saisis, 3 interpellations

Manifestation des Gilets jaunes en décembre 2018 Manifestation des Gilets jaunes en décembre 2018
FAITS DIVERS. L'auteur présumé d'un tir d'engin explosif lors d'une manifestation de Gilets Jaunes à Nancy, faisant deux blessés parmi les policiers nancéiens, a été identifié par les services de police et placé en garde à vue. 

La brigade des violences urbaines (BVU) a enquêté pendant un an après l’explosion d’une grenade artisanale lors d’une manifestation de gilets jaunes. Les faits se sont déroulés le 22 décembre dernier, lors de l’acte 6, à proximité de l’hôtel de ville de Nancy. Après une forte détonation, trois policiers du Groupe de sécurité publique (GSP) de Nancy étaient atteints par des particules non identifiées. Deux touchés au niveau de membres inférieurs présentaient des trous dans le pantalon, un très large hématome sur ses jambes et des plaies. Le troisième atteint au bras au niveau du biceps, présentait une plaie importante et était conduit aux urgences de l'hôpital pour y recevoir des soins et être recousu. Suite à des douleurs et à des examens complémentaires, il s’avérait qu’un projectile s’était enfoncé profondément dans la peau. Au terme d'une intervention chirurgicale, un morceau métallique de 2 cm sur 2 cm était extrait. Pour ses blessures, le policier s’est vu prescrire 9 jours d’arrêt de travail et 3 jours d’ITT. 

Quelques jours plus tard, le 29 décembre, en marge d'une nouvelle manifestation des gilets jaunes, un individu était contrôlé aux alentours de la gare de Nancy et interpellé pour « outrage et rébellions ». Dans son sac à dos, une bombe lacrymogène, un couteau et deux « pipes bombs » prêtes à l’usage étaient saisis. Pour ces faits, l’homme était condamné à 8 mois de sursis. 

L’homme testait son matériel dans les bois pour améliorer les performances explosives

Des investigations étaient menées par la brigade des violences urbaines pour établir un lien entre les « pipes bombs » saisies et l’explosion de l’engin explosif survenue une semaine plus tôt. De la matière, de la poudre noire ainsi que le filetage prélevé sur l’éclat métallique qui avait heurté le policier, étaient envoyés dans le laboratoire de la police technique et scientifique de Lille et le centre spécialisé en explosif de Metz pour comparer. Une forte concordance était observée sans que les experts puissent confirmer à 100 %. Finalement, une perquisition menée au domicile du principal suspect mercredi a permis de retrouver précisément la même colle retrouvée sur l’éclat.

« Il possédait à son domicile des machines perfectionnées ...»                                     

Le principal suspect âgé de 35 ans, originaire de l'agglomération nancéienne, a été arrêté mercredi, ainsi que deux autres individus d’une trentaine d’années avec qui il était en contact. Le protagoniste principal avait lui-même créé l’engin explosif artisanal composé d’un tube en aluminium cylindrique à la manière d’un gros pétard. Il était rempli de poudre noire utilisée lors de la pratique de « tir sportif ».

Considéré comme un gilet jaune radical, il est poursuivi pour « fabrication d’engin explosif », « violences avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique »  et de « dégradations de trois radars par tags ». Selon les enquêteurs, ce dernier s’entrainait dans les bois pour perfectionner son système explosif. Il s’agit d’un homme aguerri avec des connaissances en mécanique qui oeuvrait au domicile de son père avec des machines perfectionnées. Lors de l’explosion de la grenade artisanale à Nancy, les quantités de poudre avaient été doublées. « Il aurait pu tuer quelqu’un », affirme une source policière. En garde à vue, l’homme peu bavard a esquivé les questions des enquêteurs. 

L’homme doit être présenté ce vendredi matin en vue d'une comparution cet après-midi. Les deux autres individus dont l'un est soupçonné d'avoir participé à une dégradation de radar sera également présenté ce matin. Le troisième a été libéré. Les mis en cause sont originaires de Laneuveville devant Nancy, Gerbécourt et Houdreville. 

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV