Log in

Cambriolages dans l'agglomération de Nancy : un homme confondu par ses traces... et une taie d'oreiller

  • Écrit par CS
  • Publié dans Faits divers
NANCY. Un homme âgé de 31 ans a été entendu jeudi par la police de Nancy, dans le cadre de trois dossiers de cambriolages datant de juin 2017. Particularité, le suspect, qui a reconnu les faits, a été identifié grâce à des traces relevées par la police scientifique et par un témoignage lié à... une taie d'oreiller. 
Police5creditDGPNSicop
Photo DGPN

La lutte des cambriolages fait partie de l'une des priorités de la police. En cela, si elle renouvelle régulièrement des messages de prévention à destination du public, elle est également confrontée quotidiennement à des vols par effraction. Enquêtes de voisinage, constatations, relevés scientifiques viennent appuyer les recherches. La dernière affaire en la matière a permis, grâce à une bonne coordination des services de police, à l'identification d'un homme soupçonné d'être impliqué dans trois affaires de cambriolages commis dans l'agglomération nancéienne au mois de juin 2017.

Les victimes croisent leur cambrioleur

Des cambriolages survenus plus exactement le 12 juin dans la commune de Laxou et le 27 et le 28 juin à Nancy et axés essentiellement sur des vols de bijoux et de numéraire. Des faits qui ont conduit les hommes de la brigade criminelle de la sûreté départementale appuyés par le travail du Groupe d’enquête criminalistique (GEC) à procéder aux constatations techniques et scientifiques (relevé d’empreintes...). À cela, s'ajoutait un élément aussi inattendu que solide, le témoignage des premières victimes. Quelques minutes après le premier cambriolage, les victimes allaient croiser sur leur chemin un homme avec une taie d’oreiller sur le bras. Certainement utilisée en guise de sac pour transporter le butin. Une taie qu’elles allaient identifier aussitôt comme la leur. Malgré l’alerte donnée, le malfrat avait pris la clé des champs. 

Autant d’éléments qui ont permis à la police d’identifier le suspect comme un détenu du centre pénitentiaire de Metz Queuleu. Ce dernier a été extrait de sa cellule jeudi matin vers 9h. Il a par ailleurs été formellement identifié par les premières victimes. Entendu par les enquêteurs, le mis en cause, âgé de 31 ans est très défavorablement connu des services de police. Il a intégralement reconnu les faits. L'homme doit être présenté ce vendredi en vue d’une comparution immédiate.