juillet 20, 2019

Nancy. Les mystères de l'horloge astronomique bientôt percés ?

NANCY. La ville de Nancy a signé ce lundi matin une convention de mécénat avec la clinique Louis Pasteur de Essey-lès-Nancy, l’établissement de santé poursuit son engagement initié en 2009 en apportant 30 000 € sur trois ans au musée Lorrain pour la restauration d’objets scientifiques. Une somme qui permettra notamment d’étudier et de restaurer une extraordinaire horloge astronomique offerte au duc Stanislas au milieu du XVIIIe siècle....
 MuseeLorrain-convention1
 Laurent Hénart, Maire de Nancy et les dirigeants de la Clinique Louis Pasteur, Christophe Baillet, Président, Philippe Tourrand Vice-Président

Au Palais des Ducs de Lorraine, tous les regards étaient tournés ce lundi matin vers l’armoire astronomique du Roi Stanislas, une pièce qui semble tout droit issue d’un roman de Jules Verne et pourtant bien plus ancienne puisqu’elle fut réalisée par un Lorrain, Bernard Joyeux au 18e siècle. Installée dans les années 1950 au musée Lorrain et jamais déplacée jusqu’à présent, cette armoire imposante par sa taille, fascinante par ses multiples cadrans que le temps semble avoir figé, a depuis longtemps gardé ses secrets. Et, pour cause, son système extrêmement complexe renferme une horloge dotée d’un minimum de 53 fonctions réparties sur quelque 11 cadrans dont un calendrier des marées, signes du zodiaque, univers héliocentrique, étoile polaire... Mais, étaient-ce là, les seules fonctions précises de cette armoire et fonctionnait-elle à l’époque de Stanislas ? Des réponses devraient pouvoir être bientôt apportées grâce à un nouveau mécénat de la Clinique Pasteur. 

Déjà engagée dans un accord de mécénat culturel depuis 2009 avec le Musée Lorrain, la Clinique Louis Pasteur située à Essey-lès-Nancy a permis grâce à ses contributions au fil des ans, la restauration d’une collection de pots à pharmacie des 17, 18 et 19e, siècles mais également de portraits de médecins lorrains illustres. Une nouvelle fois, elle a souhaité apporter son soutien au Musée Lorrain avec une nouvelle convention pour les années 2015, 2016 et 2017. Une convention signée ce lundi matin en présence de Laurent Hénart, Maire de Nancy, de Richard Dagorne, Conservateur du Musée et des dirigeants de la Clinique, Christophe Baillet, Président, Philippe Tourrand et Jean-Charles Pottie, Vice-Présidents qui marque l’engagement de l’établissement de santé à hauteur de 30 000 € soit 10 000 € par an pendant trois ans. Une somme qui permettra notamment au Musée Lorrain de débuter l’étude et la restauration de la mystérieuse armoire astronomique. 

MuseeLorrain-convention2

Une armoire du XVIIIe siècle

Aussi unique qu’insolite, le meuble dont on ne sait presque rien, mais que l’on retrouve tout de même dans un écrit de Dom Calmet au XVIIIe siècle, va être totalement examiné. Dans un premier temps, les recherches s’attacheront à déplacer sans heurt le meuble toujours installé depuis les années 1950 au premier étage du musée lorrain pour l’étudier, puis « établir dans quelle mesure l’armoire est restaurable, on ignore d’ailleurs si au XVIIIe, elle a vraiment fonctionné ou s’il s’agissait uniquement d’un objet d’apparat » détaille Richard Dagorne, conservateur du musée Lorrain évoquant une étude « complexe » qui fera appel à des corps de métiers assez divers appuyés de restaurateurs. Si, la remise en fonction des mécanismes est déjà exclue, les 53 fonctions du meuble devraient être analysées et au terme de l’étude une restauration pourra débuter. Enfin, suivra également une reconstitution virtuelle de l’armoire pour valoriser l’étude en multimédia et rendre « parlant » le système de ce meuble complexe. 

Pour établir un diagnostic le plus précis possible, les spécialistes du Musée lorrain devront observer et tenter de comprendre le fonctionnement des rouages de l’armoire astronomique. Un examen minutieux pas si éloigné de celui d’un professionnel de santé. « Comprendre le mécanisme tout comme une maladie, ça s’inscrit dans le temps » résume Christophe Baillet, Docteur et Président de la Clinique Louis Pasteur avant d’évoquer le lien unissant la structure médicale au Musée. Depuis plusieurs années, la Clinique Louis Pasteur accueille, en effet dans ses murs des objets d’exception issus des réserves du musée dans des vitrines : instruments chirurgicaux, produits d’hygiène du passé... À la fin 2015 ou début 2016, une toute nouvelle exposition et thématique devrait enrichir les collections de la clinique avec l’exposition d’instruments scientifiques autour de cette armoire astronomique. De nouvelles pièces qui ne devraient pas laisser insensibles les 100 000 personnes, dont 48 000 patients qui traversent les services chaque année.

Au Palais des Ducs de Lorraine (64 Grande rue à Nancy / Parking Place Carrière ou Carnot) 

Armoire.Astronomique1

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV