Log in

"Alerte Commerces" : 146 commerçants ont déjà adopté le dispositif à Nancy

COMMERCE. En un peu plus de deux ans, 146 commerçants de la ville de Nancy ont déjà adopté le dispositif "Alerte Commerces". Le système permet d'informer les commerçants, par SMS, de faits délictueux venant de se produire dans un commerce de proximité. 
Alerte-Commerces
Sébastien Duchowicz, président des Vitrines de Nancy, Nicolas Jolibois, contrôleur général de la DDSP54, Morgan Tanguy, directeur de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle, Jean-Sébastien Mengin, président de la Commission Grand Nancy Commerce de la CCI 54 - cp ici c nancy fr

Afin de dresser le bilan des deux premières années du dispositif « alerte commerces », Morgan Tanguy, directeur de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle, Nicolas Jolibois, contrôleur général, directeur départemental de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, Jean-Sébastien Mengin, président de la Commission Grand Nancy Commerce de la CCI de Meurthe-et-Moselle, et Sébastien Duchowicz, président des Vitrines de Nancy, sont allés à la rencontre ce samedi matin de quelques-uns des commerçants nancéiens adhérents au dispositif « Alerte commerces » pour voir comment ces derniers percevaient l'utilité et le bénéfice du dispositif. 

C’est un travail permanent de coproduction de sécurité... Nicolas Jolibois, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP 54)

Mis en place par une convention signée entre la chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselle et les services de l'État, « Alerte Commerces » est un dispositif de prévention permettant aux forces de l'ordre de communiquer très rapidement, suite à un délit dans un commerce, le méfait à l’ensemble des commerçants adhérents via un SMS sur leur téléphone portable (notre article du 13 février 2016). Le dispositif repose en fait sur une diffusion rapide de l’alerte pour permettre d’éviter la réitération des faits par un appel à la vigilance des autres commerçants pour ne pas être victime, à leur tour, d’un acte similaire.

« Depuis 2015 le dispositif fonctionne plutôt bien », estime Morgan Tanguy, directeur de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle. « C’est une coproduction de sécurité, ça n’empêche pas une infraction, mais permet une mobilisation immédiate très forte de la police » ajoute-t-il. Selon les chiffres communiqués par la préfecture, en 2017, 12 alertes ont ainsi été émises à Nancy (27 dans le département). Dans la cité ducale, ils sont 146 commerçants à avoir adopté le dispositif sur les 538 adhérents du département. 

En cette période de fêtes, Nicolas Jolibois, contrôleur général, directeur départemental de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle a rappelé la totale mobilisation de la sécurité publique sur cette période d’intense fréquentation des commerces, centres commerciaux et centres villes. « C’est une période qui a démarré fin novembre pour s’achever vers le 4 janvier, toutes les patrouilles du commissariat, tous les services et unités quelques soient leur spécialité sont mobilisés, il y a aussi une présence des réservistes de la police nationale » a-t-il affirmé. La rencontre des commerçants adhérents au dispositif « Alerte commerces » a permis de mieux cerner leurs attentes et de rappeler des préventionnistes du commissariat, des policiers spécialisés pour prodiguer des conseils de vigilance. « C’est un service gratuit qui est proposé par la police nationale, en ce moment, ils sont particulièrement sollicités » fait remarquer le patron des policiers. Pour le futur du dispositif « Alerte Commerces », Nicolas Jolibois annonce l’intention d’affiner encore le système tout en espérant voir davantage de commerçants rejoindre le dispositif. « C’est un travail permanent de coproduction de sécurité. Sécurité publique, commerçants, grandes enseignes sont à nos côtés pour rendre ce secteur clé de l'activité économique la plus sûre possible » conclut-il.

Catherine, fleuriste au commerce de fleurs « Au nom de la Rose » situé 6, rue d'Amerval à Nancy, nous parle du dispositif...Fleuriste-AunomdelaRose-Nancy

« On a souscrit au dispositif dès le début ! On a trouvé ça intelligent de nous proposer d’être un relais, il est vrai que nous sommes de bons interlocuteurs, nous sommes à la fois acteurs et témoins de la rue puisque nous avons aussi un étalage extérieur qui nous permet de servir dehors. On a reçu les alertes par SMS, c’est bien, c’est efficace, on a l'info tout de suite. Ça concerne rarement le quartier, il faut le dire, on est relativement privilégié. Ici, proche de la place Stan, je ne me sens pas du tout en insécurité, on voit d'ailleurs le passage des militaires Sentinelles... » 

Media