novembre 12, 2019

Cinéma. « Mon chien Stupide » : rencontre avec Yvan Attal

Yvan ATTAL et Stupide    Yvan ATTAL et Stupide   

Résumé du film : Écrivain frisant la cinquantaine et en panne d’inspiration, Henri ne supporte plus personne. Ni sa femme Cécile ni ses quatre enfants. Débarque alors dans leur vie un gros chien mal élevé et encombrant. Henri le baptise Stupide et le garde contre l’avis de tous.


Après « Ma femme est une actrice » en 2001, puis « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » en 2004, Yvan Attal élargit sa palette familiale en incorporant à ce troisième opus son fils Ben. Bon acteur, d’ailleurs, le jeune Ben. Question de gênes. Et de conviction, car c’est en observant son fils plongé dans la lecture de « Mon chien Stupide » qu’Yvan Attal se souvint de son propre plaisir de lecteur de John Fante et songea à cette adaptation. L’occasion de reparler du couple et des enfants « qui vous bouffent », tout en faisant son autocritique. Rencontre du réalisateur à l’UGC.

Cette adaptation de John Fante est une envie personnelle ou une proposition ?

Yvan Attal : Les deux. J’ai découvert John Fante il y a une trentaine d’années. J’ai d’abord lu « Demande à la poussière » qui me donna envie de d’enchainer avec« Bandini », puis « Rêves de Bunker Hill ». Mais je n’avais pas lu « Mon chien Stupide » dont Claude Berri détenait d’ailleurs les droits. Il devait le faire en anglais. Parlant mal anglais, il me le proposa, mais à l’époque, je passai à côté. 20 ans plus tard, un autre producteur me le proposa à nouveau. Je l’ai donc relu et, après 26 ans de vie commune avec la même femme et trois enfants, j’ai compris le livre.

Élever des enfants, est-ce un sacerdoce, une corvée ou un révélateur de soi-même ?

C’est tout ça. Certes, c’est un plaisir de les voir grandir. Car ils vous apprennent plein de choses sur vous même et vous font progresser. L’ainé est extraordinaire, mais ce fut compliqué. Avec la seconde, une fille qui arrive à l’adolescence, on commence à se détester. Mais la troisième, qui est petite, alors elle c’est tout son père ! Ah, on a une responsabilité énorme quand on a des enfants. C’est une grande aventure.

Est-ce qu’il n’impose pas son chien at home pour faire le vide autour de lui ?

Oui, il y a ça aussi. Il lui dit d’ailleurs : « Tu es fort. Tu as réussi à mettre tout le monde dehors, alors que je n’y suis pas parvenu ». D’où sa première soirée avec Stupide. Une bête de 80 kgs et 1,80 m quand il se met debout. Ah, c’est une masse !

Suivie d’une très jolie scène avec Charlotte sur le canapé.

C’est une de mes scènes préférées. Je n’aurais pu la faire avec une autre actrice. Car c’est très facile d’avoir un fou rire avec une actrice que l’on connaît bien.

Et la scène du repas communautaire qui explose ? Difficile à tourner ?

Oui, la plus difficile. Car il y a 12 pages de texte et beaucoup de plans. Une telle scène, c’est toujours laborieux et compliqué surtout quand les personnages bougent. Même chose pour les scènes sous la pluie quand je perds mon chien. Car ça coute cher la fausse pluie. Mais j’y tenais. Je l’ai eue.

Vos premiers spectateurs déjà lecteurs du livre l’ont reconnu ?

Oui et ça fait plaisir. Mais une surprise m’attendait en Italie, au Festival John Fante à Torricella dans les Abruzzes où nous avons fait une projection. Car ses enfants m’ont dit que le film était fidèle à l’œuvre de leur père. C’est ma plus belle récompense.  

Fiona Franchi


Sortie du film : 30 octobre

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV