décembre 12, 2019

Ciné. « Matthias et Maxime » : interview de Xavier Dolan

Gabriel d’Almeida Freitas, Xavier Dolan / Copyright Shayne Laverdiere Gabriel d’Almeida Freitas, Xavier Dolan / Copyright Shayne Laverdiere

Résumé du film : Deux amis d’enfance échangent un baiser pour les besoins d’un court métrage amateur.Suite à ce baiser, un doute s’installe entre eux, bouleversant également l’équilibre de leur groupe d’amis.


Visiblement fatigué par sa tournée québécoise et française, Xavier Dolan a, certes fait le job la semaine dernière à Strasbourg, mais prévenu d’entrée que le soir en salle, il commenterait son film, mais refuserait les questions du public. Signant ici un film touchant, il a néanmoins accepté celles de la presse. Voici donc le réalisateur québécois mezzo voce.

Votre film semble montrer qu’une bande de potes c’est à la fois un mal et un bien. Ça apporte une solidarité, mais c’est aussi un frein à l’expression des sentiments.

Xavier Dolan : Ça dépend, car il n’y a aucun interdit pour le groupe qui est bienveillant et très ouvert d’esprit. Seuls les deux protagonistes principaux ont de la difficulté avec le sentiment amoureux qui se développe en eux. Et qui les hante.

Matthias paraît vraiment paralysé.

Matthias est dans le déni total. Car il est casé socialement. Il a un appartement, une copine, un boulot d’avocat, une promotion envisagée et une mère aimante qui est un peu la mère adoptive de toute cette bande de jeunes trentenaires. Il y a donc autour de lui des repères qui risquent de s’effondrer. Il a tout à perdre. Alors que Maxime, lui, n’a rien dans la vie.

Gabriel d’Almeida Freitas qui interprète Matthias est un comédien magnifique. Avec un physique à la d’Artagnan. Pouvez-vous nous parler de lui ?

Je le connais depuis six ou sept ans. Il a fait l’école de l’humour au Québec et joué dans des séries web.  Bien que tous deux bruns aux yeux bruns (lui étant d’origine portugaise, moi Égyptienne), physiquement nous sommes opposés. Car lui est grand, effilé et doté d’un nez cinématographique que j’avais hâte de filmer. J’ai donc de suite pensé à lui pour ce rôle. Car certain qu’il serait bon acteur.

Maxime a une tache de vin. Est-ce la marque externe de ses problèmes intérieurs ?

Oui. Car Maxime a une blessure profonde. Par ailleurs, j’adore les gens qui ont des cicatrices. J’ai toujours trouvé ça beau. Enfant, j’avais une tante qui avait des taches brunes sur les bras. Je lui caressais tout le temps le bras en comptant les taches. Je pense aussi qu’une personne qui entre dans une pièce avec une tache aussi prononcée, on ne peut s’empêcher de s’approprier son histoire. Tout en constatant ici que pour ses amis, cette tache-là n’existe pas.

Est-ce la maturité ? En tout cas, votre cinéma semble aujourd’hui plus doux, moins déchirant.

Je vieillis donc je change. Mes films aussi. Mais je pense que le propre d’un artiste est de s’adapter au style qu’un film impose. « Matthias et Maxime » est un film qui devait être discret. Pour illustrer l’importance de ce qu’ils sont en train de vivre. Le prochain sera peut-être plus expressif, plus coloré, plus criard, plus sombre, plus venteux, plus violent. Ce sera peut-être un film de genre. Je l’ignore. Je ne pense pas que ce soit une progression liée à mon style de vie. Je ne me sens appelé que par des films qui m’interpellent.        


Fiona Franchi

Sortie du film : 16 octobre 

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
8
9
10
11
12
13
14
15
16
18
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Ici-c-Nancy TV