octobre 17, 2019

«Il était une fois à Hollywood» : super duo Brad Pitt - DiCaprio

Brad Pitt, Leonardo DiCaprio et Margot Robbie Brad Pitt, Leonardo DiCaprio et Margot Robbie

Résumé du film :  Février à août 1969. Sept mois d'acharnement pour Rick Dalton (DiCaprio), vedette télé de séries western qui tente de percer au cinéma. Et sept mois de glandouille pour Cliff Booth (Brad Pitt), son ami cascadeur, devenu son homme à tout faire. Deux potes amenés à croiser la secte satanique de Charles Bronson.


C'est donc à Quentin Tarantino que revient l'honneur d'ouvrir la saison ciné. Il le fait avec brio en opposant deux stars que rien ne sépare, hormis leur âge (44 pour Léo, 55 pour Brad). Car, chez l'un et l'autre, on sent en effet le goût assumé de la performance, le respect d'un dialogue qui les met alternativement en valeur et l'enthousiasme de ressusciter 1969, cette année charnière. Année brillante (Pollack, Polanski, Donen, Coppola y brillèrent). Année tragique aussi avec l'assassinat de Sharon Tate (Mme Polanski) par trois membres de la secte de Charles Manson.

C'est à cette actrice blonde et bottée que Tarantino rend d'ailleurs le plus bel hommage. En la montrant attentive aux effets de sa jeune carrière sur le public. Lors d'une attendrissante séance de cinéma où elle se glisse pour savourer la réaction des spectateurs à ses apparitions. Un destin foudroyé (incarné ici par Margot Robbie) qui confère au film son angoisse naissante et sa nostalgie.

La rencontre de Léo

Mais c'est évidemment aux deux compères que le réalisateur s'attache en priorité. En confiant à un Léonardo coléreux et exigeant le rôle d'un acteur télé qui voit progressivement son étoile pâlir. Et en conçoit un dépit rejaillissant sur son entourage. Jusqu'à cette rencontre (peut-être la plus belle scène du film) avec une enfant-actrice qui a déjà tout compris des aléas d'une carrière et le console d'un baiser.

Les abdos de Brad     

Pourtant, malgré tout le talent de DiCaprio, c'est Brad Pitt, rayonnant quinqua, qui emporte le morceau. Par sa beauté (discret rappel de la fermeté de ses abdos en dévoilant son torse bronzé). Son sens du suspense (son entrée dans la masure infâme de la secte fait grimper la tension de deux crans). Sa gestuelle décontractée au volant ou en grimpant sur un toit en trois bonds. Et enfin par l'explosion d'une double colère face aux membres de la secte qui prouve que Cliff Booth, faut vraiment pas le chercher.

Pourquoi cette différence notoire entre les deux stars ? Parce que le personnage de Brad a sans doute été le plus travaillé. Par un réalisateur qui, en signant ici son neuvième film (il a juré de n'en faire que dix..) rend un hommage indirect à l'expérience affinée d'une carrière aussi bien gérée que fut celle de Brad Pitt. Prouvant ainsi que dans le chaos hollywoodien physique et mental vont de pair. Et qu'à préserver et entretenir les deux, on survit, la tête haute.     


Fiona Franchi

Sortie du film : 14 août

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV