Log in

Le film Patients au cinéma : "un témoignage" et "une aventure collective" pour Grand Corps Malade

  • Écrit par CS
  • Publié dans CINEMA
Cinéma. Dans "Patients", actuellement au cinéma, Grand Corps Malade retrace la première année de sa rééducation après un grave accident dont il est sorti tétraplégique, à 20 ans. Une puissante fiction cinématographique qui remporte un franc succès dans les salles. 
patients-rencontre-cpicicnancyFR
Rencontre avec Mehdi Idir, Pablo Pauly et Grand Corps Malade - crédit C. Scopel / ici c nancy.f

On connait de Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade son talent, sa voix puissante et grave, mais peu de son accident qui l'a rendu "tétraplégique incomplet" à 20 ans. Artiste bien connu des scènes musicales, le slameur avait d'abord abordé cet épisode de sa vie dans un récit autobiographique paru en 2012. Quelques années après cette publication, c'est au cinéma, que l'artiste co-réalise avec Mehdi Idir "Patients" dans lequel il retrace dans une fiction cinématographique sa première année de réeducation après un accident de plongeon qui a bouleversé sa vie.

"Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens....Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul" peut-on lire dans le synopsis du film.

Aspirant avant son accident à une vie de basketteur professionnel, Ben va devoir brutalement reconsidérer sa vie sous un autre angle. Cette immersion forcée et inattendue dans le monde du handicap, Ben (joué par Pablo Pauly) va l'entreprendre avec le soutien moral de ses joyeux compagnons de galère : Farid (Soufiane Guerrab), Samia (Nailia Harzoune), Toussaint (Nailia Harzoune), Steeve (Franck Falise), François (Yannick Renier) Lamin (Jason Divengele) dans un véritable centre de réeducation en Seine et Marne, celui de Grand Corps Malade. Aller aux toilettes, téléphoner à ses amis, pouvoir accéder à la télécommande pour changer de chaîne, prendre sa fourchette en main, autant de gestes qu'il va devoir réapprendre sans jamais perdre espoir. Un film tissé d'humour et de tendresse sans sentimentalisme ou pathos qui marque déjà un succès dans les salles. En seulement deux semaines d'exploitation, la comédie dramatique avait accueilli déjà près de 540 000 spectateurs.

I-C-N. Réaliser un film inspiré de votre expérience personnelle, est-ce aussi une sorte de thérapie

Grand Corps Malade : « Ce film n’est absolument pas une thérapie, c’est un témoignage. Se retrouver à 20 ans tétraplégique est une expérience peu courante, je trouvais que ça méritait de la raconter. C’est aussi assez pédagogique de ce qui se passe sur un centre de rééducation où l'on plonge dans le monde du handicap très lourd. Au-delà de ma propre histoire, l’idée était vraiment de raconter une aventure collective et non pas de réaliser une autobiographie ou un biopic sur ce qu’était Grand Corps Malade avant. Le but était de rendre le personnage aussi universel que possible. »

I-C-N. À l'origine vous ne deviez travailler que sur le scénario du film...

Grand Corps Malade : « Au début je voulais juste faire le scénario, mais à mesure où t’écris chaque scène, chaque dialogue, tu te prends au jeu et tu te dis qu'après que ça va être compliqué de donner ça à quelqu’un d’autre. Je me suis donc décidé à le réaliser et j’ai demandé à Medhi de venir m’épauler, ça fait dix ans qu’on travaille ensemble... » 

I-C-N. Le film est porté brillamment par un jeune comédien Pablo Pauly dans le rôle de Ben, vous ne souhaitiez pas endosser le rôle?

Grand Corps Malade : « Je n’aurais pas pu faire un dixième de la performance de Pablo, d’être drôle, émouvant et puis je ne me sens plus trop crédible dans le rôle de quelqu’un de 20 / 25 ans. Pablo s’est approprié le rôle, il n’a pas cherché à m’imiter. Il n’était pas question que ce soit moi. » 

I-C-N. Une caméra toujours à portée de fauteuil...

Mehdi Idir : « L’idée de base c’était que le caméra suive l’évolution physique du personnage. Au début des premières scènes, Ben est alité, il dispose de très peu de mobilité, on a donc fait des plans serrés, cadrés et petit à petit, on a élargi. Plus on avance plus il récupère de la mobilité, on alors fait des mouvements plus complexes pour finir avec un plan-séquence. Tout est filmé à hauteur de fauteuil, les valides sont filmés en contre-plongée. C'est dans la scène où Ben et les autres fuguent dans les bois que l'on s’offre le plus d’ampleur avec une grue qui monte à 15 mètres.»

I-C-N. Avez-vous laissé de la place à l’improvisation sur le tournage ?

Grand Corps Malade : « Les dialogues étaient très écrits, mais on laissait au fur et à mesure des prises, un peu de liberté aux acteurs. Il se trouve que Pablo, Sofiane ont de bonnes réparties et ne sont pas les derniers pour faire de la chambrette ! Du coup, ils nous ont proposé des choses qu’on a pu garder au montage »

I-C-N. Patients est-il un film qui peut délivrer un message ou du moins faire changer le regard sur le monde du handicap ? 

Grand Corps Malade : « Plein de choses m’appartiennent dans ce film, mais le but, c’est que le spectateur au bout d’un moment m’oublie. Ce n’est pas un film à message, en tout cas ce serait très prétentieux de dire ‘regardez comme vous pouvez être heureux’. Moi j’ai récupéré, mais le mec qui ne peut pas se mettre debout, il peut regarder le film, ça ne va pas lui changer sa vie. Seulement, si on peut changer un peu la vision sur le handicap parce qu’on a passé 1 h 50 dans ce centre là avec des handicapés ce serait bien. Comme dit Farid dans le film : "Au début tu ne vois qu’un handicapé et après tu vois un réel être humain". Alors si en sortant du film, le public voit une personne en fauteuil roulant en comprenant ce par quoi elle passe et qu’il voit un peu moins une personne en fauteuil, ce sera tant mieux. » 

Patients-mini- Patients - (comédie dramatique)
Notre avis : etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini--grisee-25x25
Excellent  ☆☆☆☆☆ 
Très Bon☆☆☆☆   
Bon☆☆☆    
Moyen ☆☆    
Médiocre ☆
 
Date de sortie : 1 mars 2017, (1h50) 
Réalisé par Grand Corps Malade et Mehdi Idir 

Le Pitch du film : Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul. 

 

Media