décembre 12, 2019

Le Grand Soir, un film drôle et brillant

le-grand-soir-vignetteRetraçant le périple de deux frères punks bien décidés à libérer le monde, ou tout du moins le microcosme d’une zone commerciale, de l’emprise de la marchandisation, Benoît Delépine et Gustave Kervern dénoncent vigoureusement le no-futur où nous entraîne la société de consommation. Un film drôle, dingue, brillant, remarquable.

 

« Not ». Le Grand Soir vu par Benoît Delépine et Gustave Kervern commence sur une négation, un refus frontal gravé dans la chair. Une nouvelle identité en marge de la société de consommation que le personnage de Benoit Poelvoorde, « plus vieux punk à chien d’Europe » porte tatouée en pleine face.

Son antithèse est un frère pour qui les longues zones industrielles, aux bâtiments et aux commerces sans âme, construits en préfabriqués, délimitent un univers rassurant ; où chaque chose est à sa place, en paix et en harmonie avec sa valeur pécuniaire. Dupontel prête son visage capable de retranscrire toutes les folies à ce frère atteint de conformisme aigu, qui va voir cependant très vite les digues protectrices de sa vie céder. Sa femme le quitte, son patron qui le déteste va tout faire pour lui faire perdre son emploi ; il n’en faudra pas plus pour que ses nerfs succombent face à la difficile promotion de la « mousse intelligente », et pour qu’il envoie tout son petit confort vital au diable, cependant fort malgré lui.

A partir de ce postulat, ce que filment Benoît Delépine et Gustave Kervern aurait pu être la descente aux enfers d’un homme qui a tout sacrifié au modèle capitaliste, qui lui a en retour tout pris pour le laisser exsangue. Mais en réalité, c’est l’inverse : une fois affranchi, de gré ou de force, des contraintes de sa vie matérielle (et surtout matérialiste), le frère ennemi, celui qui va renaître en « Dead » s’émancipe. Et quoi qu’il n’ait pas eu le choix au départ, on le voit peu à peu, sur l’écran, faire l’apprentissage de la liberté aux côtés de Not.

Mais dans cette quête de sens, les deux frères ne seront pas isolés. Bientôt la soif de liberté va gagner aussi leurs excentriques parents, gérants de la Pataterie du coin, incarnés par l’incroyable Brigitte Fontaine et son compagnon Areski Belkaçem. Des séquences oniriques de concerts des Wampas aux scènes d’errances campagnardes, de barrières franchies en rencontres impromptues ; Kervern et Delépine, avec Not et Dead, brossent les portraits d’une galerie de personnages savoureux, confrontés à l’absurdité d’une vie quotidienne qu’ils subissent par habitude.

le-grand-soir

Albert Dupontel dans le Grand Soir - Photo DR

Il y a alors du génie dans la manière qu’ont les deux réalisateurs de faire passer un constat social aussi pessimiste avec autant de drôlerie. Leurs deux losers sont terriblement attachants et surtout superbes dans leur volonté de résister jusqu’au bout face au système qui veut les absorber.

Sans s’encombrer de morale à tirer, ce Grand Soir renvoie chacun-e à une réflexion sur son propre rôle dans ce système qui se perpétue en nous affligeant : si le grand soir tarde tant à venir, n’est-ce pas parce que nous sommes les complices et les victimes consenties de ce qui nous accable ? Le réveil de Dead, qui dans des scènes d’anthologie, envoie valser son oppresseur de patron, a quelque chose d’une catharsis, dans cette farce cruelle dont nous sommes tous les z(h)éros.

Aussi, en nous emmenant dans les pas du « plus vieux punk à chien d’Europe » et de son frère désenchanté, lancés dans un grand projet de révolution sociale sur un parking de supermarché, parce qu’ « on n’est pas plus cons qu’un marchand de légumes ambulant », dans l’indifférence générale d’une population aux idéaux aseptisés ; Kervern et Delépine réussissent un film drôle, complètement fou mais aussi terriblement lucide, à voir absolument.


Le Grand Soir, de Gustave Kervern et Benoît Delépine, avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine, Areski Belkaçem, Bouli Lanners, Yolande Moreau, Gérard Depardieu, Les Wampas… Sortie le 6 juin 2012


le grand soir afficheNotre avis : etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-mini--grisee-25x25

Le Grand Soir

Comédie (01h32min) - Date de sortie : 06/06/2012

De Benoît Délépine, Gustave Kervern

Avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine...

 

Les Bonzini tiennent le restaurant 'la Pataterie' dans une zone commerciale. Leur fils ainé, Not, est le plus vieux punk à chien d'Europe. Son frère, Jean Pierre, est vendeur dans un magasin de literie. Quand Jean Pierre est licencié, les 2 frères se retrouvent. Le Grand Soir, c'est l'histoire d'une famille qui décide de faire la révolution... à sa manière.

 

 

Interview de Benoît Délépine lors de son passage à Nancy


Bande Annonce Le Grand Soir



 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV